dimanche 25 septembre 2016

On ne va pas laisser DBM tout seul...

Avant toute chose, une annonce :

Nono sera au club la semaine prochaine !!!
Vieux grognards du club, venez lui faire un p'tit coucou,
il sera ravi de vous revoir.

Sinon, cette semaine il y avait plus de variété avec 3 règles présentes :

 1ère table : C&C Napo
déployait ses charmes...

 Ces nouveaux hexagones
mettent vraiment bien en valeur les figs 28mm d'André.

2éme table : une initiation FOW ( flames of war )

Je laisse la parole à Francky :



Et ils sont là, ils sont là les autres jeu

avec un budget de 1650 Pts sur un scénario défensif sur les deux
soirs, le Padawan Paolo dit "P.P." pour l'occasion, a découvert un jeu
plaisant.
nous avons fait de l'initiation sans aller à la victoire dans le jeu.
Le but était de faire découvrir les différents types de troupe et
d'ajouter à chaque partie plus de type de troupe.
Chose faite maintenant prochaine rendez-vous faisait une partie
complète pour voir tous les rouages et les règles particulières.
Et avec la règle en italien c'est plus facile.
donc à vendredi prochain avec Paolo.

Francky

 Les troupes US

 font de l'initiation...


3éme table : du DBM bien sûr !

 Perses sassanides à gauche
face à gaulois à droite.

Le duel des barbares !

 Un corps de cavaliers supérieurs sassanides
s'avance pour attaquer le flanc 
de la masse de guerriers gaulois
seulement couvert par de la cavalerie ordinaire.
Son action aura une importance décisive.

 La masse de gaulois fonce vers ses opposants.

 En face aussi
on déploie du lourd !

 Vue aérienne prise depuis le côté gaulois.

On se rend compte que le bloc de guerriers
forme une masse impressionnante
mais un oeil averti remarquera
l'absence du corps le plus puissant
( les guerriers gaesatis combattants nus :
 warband supérieure).

En effet, ce corps primordial,
placé en marche de flanc,
ne rejoindra jamais le champ de bataille ! 

Les gaulois paieront très cher cette perte de puissance de choc.

 Impact imminent !

 Les gaulois,
toujours à leur aise dans le choc frontal,
percent les lignes sassanides.
Ici.

 Et là...

 Malheureusement,
une partie de la ligne gauloise,
se fait décimer en se jetant à l'assaut
d'un bois tenu par les auxiliaires sassanides.
 Tandis que leurs camarades sur chars
se font laminer par les puissant cavaliers sassanides.

 Les gaulois;
sachant que le temps joue contre eux
car ils n'auront bientôt plus de flanc,
redoublent de violence pour essayer
d'emporter la ligne sassanide !

Suite à la perte d'un de leurs généraux,
les perses frôleront  la démoralisation
mais Niko 
(utilisant un des célèbres dés pipé de Nanardus) 
réussira à sauver le corps en obtenant le 4 attendu ( sur 1D4 !)

 Les gaulois tentent tout
mais ne réussissent pas à repousser
les cavaliers sassanides
et "foirent" leurs combats.
( Les sangliers du repas de la veille 
avaient-ils mangé quelque chose ?)

 C'est l'hallali !

Image emblématique de cette fin de bataille :
un général gaulois assaillit de toutes part
meurt en combattant jusqu'à son dernier souffle !

Les gaulois arrêtent les frais et accordent une victoire bien méritée aux sassanides.
Niko, leur général en chef, est ravi, c'est sa première victoire à DBM !  :-)
Souhaitons lui qu'il y en ait encore d'autres derrière !
(même s'il ne faut pas trop qu'il compte sur nous pour lui faciliter les choses... ;-) ) 

Nanardus


mardi 20 septembre 2016

Et ils sont où, et ils sont où les autres jeux ?!

Ce vendredi, les autres joueurs ayant (lâchement ?) déserté le club,
seuls les joueurs de DBM étaient présents (ainsi que deux spectateurs)


 La 1ère table DBM.
Byzantins au fond, face à romains patriciens :

 Marcus manoeuvrera l'aile droite romaine,
Nanardus l'aile gauche et le centre.

 L'allié arabe des romains tente de s'infiltrer derrière le bois
pour atteindre les bagages byzantins.

 Mais attention,
le bois en question est occupé...

Un mauvais choix du byzantin
qui avance ses varègues en 1ère ligne
(des vikings constituant la garde personnelle des empereurs byzantins)
alors que l'armée romaine fourmille de "chevaliers"
et de légionnaires aptes à les contrer.

Cavaliers et archers,
les deux troupes de base du byzantin.

Le flanc droit. 

Verrouillé pas les auxiliaires romains
occupant un bois.


 Au centre,
les légions foncent en direction des archers byzantins.

 Couverts par leurs camarades,
le second groupe d'auxiliaires romains
traverse la plaine
pour attaquer le bois situé devant les bagages byzantins.

La mêlée au centre de la table.

 La tentative d'infiltration de l'allié arabe 
est contrée par le byzantin
mais aura bien distrait le commandement
qui aura dû délaisser l'action principale au centre.

 Par contre,
l'attaque du bois est un succès,
les auxiliaires romains vont bientôt faire le vide.

 Il y a le feu !
Le centre byzantin est en train de craquer !

 Les romains vainqueurs s'apprêtent  à piller
les charmants bagages byzantins ( Miam, miam ! ;-).
C'est terminé, ROMA VICTOR !
(encore une fois)


 
  La compagnie de l'anneau,
de passage au club,
étudie avec attention le champ de bataille
  de la 2ème table DBM.
(Je vous laisse reconnaître les personnages présents.)

 
 Le plan de Jeff le Grand
est assez simple :
il concentre ses troupes de choc sur son aile droite
et s'appuie sur les terrains présents au centre
pour contenir l'attaque des Abassides
avec ses autres troupes.

 
Qu'ils y viennent !

 
 Jeff le grand en personne
conduit ses troupes vers la victoire.

 
 Pendant ce temps,
Parménion a fait son boulot
et a laissé à son chef le temps de faire la décision.

Le général vainqueur
affiche modestement sa réussite,
tandis que le sultan abasside
semble prendre sa défaite avec philosophie.


Nanardus

mercredi 14 septembre 2016

C'est la reprise à JTI !

Après une période estivale au ralenti, les choses sérieuses reprennent.

5 tables de jeu au club ce vendredi :


Un bon vieux FOW des familles.
(flames of war)

Un classique en napo chez JTI
(tactique ou Command & Colors)

Un test d'une nouvelle règle navale 2ème guerre mondiale.
Où JB, qui jouait les américains,
s'est montré très peu fair play
en s'acharnant à jouer avec les dés jaunes !
(Pourtant réservés en toute logique à son adversaire japonais... ;-) )

Une table DBM
où les chinois T'ang de l'empereur Nikh Oh Lah
tentaient de s'opposer à l'invasion de leur territoire
par les agressifs romains impériaux du consul Marcus.
Une seconde table DBM
où les romains de la fin de l'empire de Nanardus
(une armée pleine de barbares intégrés à l'empire 
et prêts à tout pour le défendre)
tentaient de bloquer l'avance des macédoniens de Jeff le Grand
toujours décidés à conquérir le monde.

Le livre de chevet (prémonitoire ?)
de Jeff le Grand.

Le mille feuille romain se déploie :
du romain, du barbare, du romain, du barbare
plus un petit allié arabe 
(non visible sur la photo)
pour finir...

En face, les macédoniens ont déployé leur célèbre phalange au centre,
dont le flanc gauche est tenu par la cavalerie thessalienne 
et l'infanterie légère espagnole.
Jeff le grand (de plus en plus expérimenté)
a choisi de garder en réserve ses compagnons à cheval
et ses hypaspistes (lanciers)
derrière sa phalange.

Compagnons à cheval et hypaspistes 
se déplacent sur le flanc droit des phalangistes.

Les goths.

Sur l'aile gauche romaine,
les rudes guerriers barbares,
qui se dirigeaient vers la phalange,
infléchissent leur mouvement pour faire face 
aux deux colonnes macédoniennes en cours de redéploiement.
Sur l'aile droite,
les cavaliers goths ayant constaté la faiblesse des troupes leur faisant face
se lancent en avant dans la plaine !

Au centre,
les légionnaires reçoivent la difficile mission
d'occuper la puissante phalange macédonienne
et attendant que les deux ailes se referment sur celle-ci.

"Dur, dur d'être un légionnaire !"
(Optione Jordus, 2ème manipule, 3éme centurie)

L'aile gauche romaine.
Les auxiliaires ont avancé en bordure de la broussaille
pour couvrir le flanc des barbares à pied.

La charge des goths sur l'aile droite
fait le vide devant elle sans aucun combat,
la cavalerie macédonienne préférant fuir la confrontation
couverte par quelques cavaliers légers sacrifiés.

Et c'est le choc !
Les barbares percutent les meilleures troupes macédonienne.
La confrontation prendra du temps 
avant qu'un des deux camps ne finisse par prendre l'avantage...
mais lequel ?

"Toujours aussi dur d'être un légionnaire !" (Jordus)

Un général romain 
vient soulager la pression subie par les légions
en attaquant la phalange sur son flanc

 
 (Il se paiera même le luxe de mettre en déroute 
quelques unités de piquiers !).

Les goths percutent les cavaliers légers
sans se douter qu'une de ces unités (particulièrement motivée !)
va provoquer leur perte...
En effet, le cavalier léger au centre de l'image (casaque jaune et verte)
va cumuler trois 6/1 d'affilé (ou pas loin...)
et détruire 3 unités de cavaliers goths !!!
Le corps d'attaque goth est démoralisé !

Et ici, les goths vont-ils au moins réussir ce combat facile ?

 Et bien non...
Ce sera finalement le général numide (au premier plan)
qui prendra la relève et éliminera 3 unités espagnoles !

L'armée de Jeff le Grand
a donc subi des pertes sur l'aile droite
et au centre (avec l'aide de quelques barbares 
venus prêter main forte aux légions),
il ne reste plus qu'à achever le travail sur l'aile gauche :

C'est ce que les barbares vont se faire un plaisir de réaliser
( faisant mieux que leurs camarades montés... )
emportant les hypaspistes et les compagnons
dans le même tourbillon de violence.

Nanardus exulte : Rome gagne la bataille ! 
( tout en finesse ? ;-) )


Sur l'autre table DBM, les choses seront plus simples,
l'essentiel de la bataille se déroulera sur l'aile droite romaine
et consistera surtout en un combat de cavalerie.
Même si quelques légionnaires s'offriront le luxe de massacrer
quelques archers chinois au corps à corps.

 
  L'action principale :
l'allié sarmate des romains toujours à la pointe de l'attaque
va bientôt recevoir le soutient de la cavalerie
(qui se redéploie en colonne derrière lui)
pour affronter la puissante cavalerie T'ang.

 
 Vue d'ensemble du reste de la table
où rien de notable ne se passera.

 
  Revenons au lieu de l'action principale
peu avant la "tombée de la nuit"
(certains doivent se lever tôt)
qui mettra fin à la bataille.
La cavalerie chinoise a beaucoup souffert
et le corps attaqué va bientôt démoraliser,
l'empereur chinois jette l'éponge.


On s'arrête sur un match nul favorable aux romains
mais les deux adversaires semblent d'accord
pour leur accorder une victoire morale.


Nanardus